The Feathers



Ferme tes rideaux,
Laisse la lueure disparaître.
Tu es grand,
Et puis, personne ne t'attend.
Tu prétends ne pas savoir.
C'est ce que tu crois.
C'est ton coeur, ne le sens-tu pas ?

Saute dans le prochain train,
Ne te retourne pas.
Ne te fais pas d'illusions,
Il ne croiront pas ton histoire.
Et même si c'est ce que tu crois,
C'est ton coeur, l'ignorerai-tu ?

Tu arbores un style différent,
Tu respires la nouveauté,
Tu n'as pas changé,
Tu ne fais que te montrer.
Tu ne peux lutter contre l'éternité.
Si nous ne t'aimons pas, personne ne le fera.

Les ombres vrillent,
Elle chuchotent à ton oreil.
Ce n'est pas toi.
Que feras-tu sans moi ?
Même eux ne saurons t'aimer comme je le fais.
Aprés tout, c'est ton coeur, ne le sens tu pas ?

Tes pas t'emportent vers le bas de la montagne.
Les mots que tu poses sur le papier,
Eux aussi finiront par s'effacer.
La malchance tape à ma porte.
J'ai tapé du pied.
Aucun d'entre eux ne sait me résister.

Regarde les étoiles,
Elles se noient dans leurs désirs,
Et la où leurs larmes t'emmènent,
Personne ne sauras te trouver.
Mais nous, nous serons là.
C'est dans ton coeur, ne le sens-tu pas ?

Ouvre tes rideaux,
Laisse pénétrer la lumière.
Aperçois-tu les recoins de ton âme ?
Si tu saisis leur main,
T'ouvriras-tu au monde?
Ouvriras-tu la voie ?
Chante moi ce silence,
car je n'y crois pas.

Monte dans ce train,
Ne doute pas.
Pense à l'éternité dans laquelle tu pleureras.
Depuis quand te laissent-il le choix ?
J'aimerai te revoir.
Nous sommes le cauchemard dont tu as besoin,
Ne le sens-tu pas ?

Mais c'est ton coeur,
Prétendras-tu que tu ne sais pas ?
Viendras-tu nous voir,
Même dans nos profondeurs ?
Nous sommes à toi,
Entends- tu les paroles ?
Nous ne cessons de chanter pour toi,
Ne l'entends-tu pas ?

Tu peux te cacher,
Tu peux porter ce masque,
Tu peux prétendre n'aimer que toi,
Mais tu souffres,
Tu es un loup dans une cage,
Je peux le sentir à la façon dont ton coeur bat.