J'écrivais pour cela. J'écrivais pour ce que le monde avait à m'offrir. j'écrivais parce que le ciel était grand et que les choses ne changeaient pas vraiment. Et elle me manque cher blog. Si tu savais. J'ai beau tourner le dos à ce qui s'est passé, je ne pourrais certainement jamais l'oublier. Alors j'agis, je change radicalement,je me mue en un mouvement éternel et long. Je veux bouger, je veux que l'horizon change de couleur. je veux avoir de nouveau ce regard qui porte loin. Loin au-delà des montagne, au-delà du monde et du silence. La lune perce le la tapis noir. la nuit est une masquarade de drapeaux noirs, lié par le poing qui tiens les dents plaqués or extraites d'un corps d'un autre âge. L'air est lourd, les nuages sont bas. Branches tes samps et fait sortir le son au fond de toi. Devient celui que tu veux être. n'oublis jamais que la vie ne fait absolument cadeaux et que le monde ne se dompte pas. Il s'aborde avec sagesse et humilité. Il est temps eux de continuer. C'ets comme supertramp. il cherche la vérité, ce qui s'oppose au mensonge de son existence. je vais recommencer à écrire. Il le faut, parce que sans ça je ne peux être pleinement moi. Le temps n'est plus à rêver sans voir. l'heure n'est plus pourpre. Et le ciel n'est pas assez sombre. L'ombre au tableau ne fait que grandir et j'attend qu'elle l'envahisse complètement. Alors nous saurons, nous saurons tous ce qu'est l'obscurité. la plus sombre et opressante. Millesim exceptionnel je ne cesserai jamais de rêver. Comment puis-je en douter ?